Départementales et régionales 2021

Élections départementales et régionales juin 2021.

Le CREAL s'adresse aux candidats

Élections régionales et départementales
Engagements pour la laïcité

Aux candidates et aux candidats,

La loi de 1905 stipule, en son art.2 : La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En ce sens, les élu·e·s de la République doivent ès qualités, se montrer exemplaires dans l'exercice de leurs responsabilités et de leurs fonctions. Nous vous saurions gré de bien vouloir nous faire part de votre accord ou de vos réactions sur les engagements dont nous demandons le respect.

L’article premier de la Constitution de 1946, repris dans le préambule de celle de 1958, indique « La France est une République indivisible, démocratique, laïque et sociale. » L’application de la Loi de séparation des Églises et de l’État de 1905 dépend à bien des égards de l’échelon régional et départemental. L’École publique, les services publics, les fonctionnaires ont un rôle premier pour mettre en œuvre le principe de laïcité qui ouvre un espace de liberté, d’égalité, d’émancipation

• Les élu-e-s se doivent d’être exemplaires, ils-elles s’abstiendront d’assister ès qualités à des manifestations religieuses. Ils respecteront la séparation du politique et du religieux en s’abstenant d’inviter des représentants religieux à des cérémonies, actes officiels, commémorations. On ne devrait pas voir l’archevêque de Rouen - comme ce fut le cas début février - couper un ruban tricolore avec les présidents du Département et de la Région suite à des travaux d’extension des Lycée/collège Jean-Paul II de Rouen qui ont bénéficié de subventions publiques.

• Les élu-e-s veilleront à ce que les établissements scolaires privés sous contrat ne bénéficient que d’une subvention minimale (forfait d’externat) en attendant que la législation permette que les fonds publics aillent à la seule école publique. Ils réduiront au minimum les aides publiques à la formation professionnelle patronale qui se fait au détriment des lycées professionnels publics délaissés. Ils supprimeront toutes subventions aux investissements immobiliers des établissements privés, elles ne sont pas obligatoires. Les établissements privés bénéficient de financements défiscalisés d’associations au détriment de l’impôt et au désavantage de l’enseignement public.

• Les élu-e-s veilleront à ce que, pour la restauration scolaire, les menus soient variés de telle sorte qu’on n’ait pas à connaître les motifs de choix, religieux ou autres, des élèves ; ces derniers ne devant pas être séparés en fonction de ces choix.

• Les élu-e-s veilleront à ce que les fonctionnaires territoriaux respectent une stricte neutralité dans leur fonction ainsi que définie dans la charte de la laïcité de la Fonction publique ; des formations spécifiques ou l’adoption d’une charte permettront de concrétiser cet engagement.

• Les élu-e-s s’abstiendront de tout clientélisme en adoptant des règles claires pour toute attribution d’emploi, subvention, aide, locaux, service… et en refusant tout privilège comme toute discrimination.

• Les élu-e-s favoriseront le rôle des services publics comme outils de l’égalité et de la solidarité dont le rôle irremplaçable est vérifié lors de la pandémie actuelle de Covid-19. C’est leur présence suffisante en zone rurale comme dans tous les quartiers urbains qui permet d’éviter le délaissement des populations susceptible d'alimenter le sentiment d’abandon, le repli communautaire, le travail de sape et d’influence d’acteurs ou associations religieuses parfois fondamentalistes très éloignés de l’intérêt général.

• Les élu-e-s rechercheront les moyens et dispositifs pour la réalisation de l’égalité entre les hommes et les femmes, contre les préjugés différencialistes de nature sexiste, homophobe, raciste. Par exemple, l’accueil et le parrainage des migrant-es peuvent en être une concrétisation.

• Les élu-e-s veilleront au caractère non discriminatoire et laïque des associations qui sollicitent des subventions. À cet égard, le prêt gratuit de salles ou d’équipements pour des manifestations cultuelles est illégal (art. 2 de la Loi de 1905).

Réponse en quelques lignes à envoyer à creal76@creal76.fr avant le 15 juin pour publication sur notre site www.creal76.fr .

Candidats Rouennais du Rassemblement de la gauche combative, républicaine et écologiste, soutenus par le PRG, le PCF et la France Insoumise

Mesdames et Messieurs, membres du CREAL

 Nous avons reçu votre proposition d’engagements. Nous tenons à vous affirmer notre attachement au principe de laïcité. Plus que jamais, il découle et renforce le triptyque qui est au fronton de nos écoles. Liberté, parce qu’il garantit la liberté de conscience. Egalité et fraternité parce que la laïcité nous renvoie à un statut commun pour toute l’humanité, indépendamment des croyances ou de la non-croyance de chacun.

 Nous sommes convaincus que la lutte contre les discriminations est un des outils fondamentaux qui permettent de garantir l’égalité des droits, et l’inclusion de tous. C’est une politique qui a été complètement délaissée par la majorité au pouvoir, qui préfère financer l’enseignement confessionnel.

 C’est une question de choix politique : nous voulons que l’action publique bénéficie à tous. Personne ne doit être délaissé, abandonné ou oublié, c’est pourquoi nous adhérons à la philosophie et au contenu de vos engagements, et que nous les faisons nôtres.

Bien cordialement,

 Pour les candidats Rouennais du Rassemblement de la gauche combative, républicaine et écologiste, soutenus par le PRG, le PCF et la France Insoumise

(Cantons Rouen 1, Rouen 2 et Rouen 3)
Julien Vanhée



 

Christine Leclercq et Yoann Ridez élections départementales : canton de Mont-Saint- Aignan

Nous sommes attaché·e·s à la laïcité et nous serons vigilant·e·s à respecter les règles de la laïcité

Nous sommes en adéquation avec vos engagements. Nos réponses ci-dessous 

  

En ce sens, les élu·e·s de la République doivent ès qualités, se montrer exemplaires dans l'exercice de leurs responsabilités et de leurs fonctions. Nous vous saurions gré de bien vouloir nous faire part de votre accord ou de vos réactions sur les engagements dont nous demandons le respect.

Les élu-e-s se doivent d’être exemplaires, ils-elles s’abstiendront d’assister ès qualités à des manifestations religieuses. Ils respecteront la séparation du politique et du religieux en s’abstenant d’inviter des représentants religieux à des cérémonies, actes officiels, commémorations. On ne devrait pas voir l’archevêque de Rouen - comme ce fut le cas début février - couper un ruban tricolore avec les présidents du Département et de la Région suite à des travaux d’extension des Lycée/collège Jean-Paul II de Rouen qui ont bénéficié de subventions publiques

Le principe sera de s'abstenir de participer officiellement en tant qu'élu·e aux manifestations religieuses, à l'exception toutefois de cérémonies en cas de décès d'un membre du personnel communal ou d'un·e autre élu·e

 

Les élu-e-s veilleront à ce que les établissements scolaires privés sous contrat ne bénéficient que d’une subvention minimale (forfait d’externat) en attendant que la législation permette que les fonds publics aillent à la seule école publique. Ils réduiront au minimum les aides publiques à la formation professionnelle patronale qui se fait au détriment des lycées professionnels publics délaissés. Ils supprimeront toutes subventions aux investissements immobiliers des établissements privés, elles ne sont pas obligatoires. Les établissements privés bénéficient de financements défiscalisés d’associations au détriment de l’impôt et au désavantage de l’enseignement public.

Nous en tiendrons à ce que la loi nous oblige (forfait d’externat)

Nous soutiendrons au maximum l’école publique.

Surtout que depuis 2020, pour l’apprentissage c‘est l’État qui a la compétence de l’apprentissage et il est plus facile de créer un CFA. Beaucoup d’entreprises ont créé leur propre CFA sans vraiment de contrôle sur la formation dispensée. 

Les élu-e-s veilleront à ce que, pour la restauration scolaire, les menus soient variés de telle sorte qu’on n’ait pas à connaître les motifs de choix, religieux ou autres, des élèves ; ces derniers ne devant pas être séparés en fonction de ces choix.

Tout à fait d’accord

Les élu-e-s veilleront à ce que les fonctionnaires territoriaux respectent une stricte neutralité dans leur fonction ainsi que définie dans la charte de la laïcité de la Fonction publique ; des formations spécifiques ou l’adoption d’une charte permettront de concrétiser cet engagement.

Nous serons vigilant·e·s à la neutralité des fonctionnaires territoriaux et les accompagnerons avec des formations spécifiques

 

Les élu-e-s s’abstiendront de tout clientélisme en adoptant des règles claires pour toute attribution d’emploi, subvention, aide, locaux, service... et en refusant tout privilège comme toute discrimination

 

Nous pourvoirons les emplois en nous appuyant sur les compétences des demandeurs et lutterons contre toute discrimination

 

Les élu-e-s rechercheront les moyens et dispositifs pour la réalisation de l’égalité entre les hommes et les femmes, contre les préjugés différencialistes de nature sexiste, homophobe, raciste. Par exemple, l’accueil et le parrainage des migrant-es peuvent en être une concrétisation.

Nous serons attentifs déjà à l’égalité salariale entre hommes et femmes au sein de la collectivité 

Nous faciliterons l’éducation populaire au sein des collèges en invitant des associations reconnues  sur la laïcité , le racisme , les orientations sexuelles etc.

Nous sommes très favorables au parrainage républicain

Les élu-e-s veilleront au caractère non discriminatoire et laïque des associations qui sollicitent des subventions. À cet égard, le prêt gratuit de salles ou d’équipements pour des manifestations cultuelles est illégal (art. 2 de la Loi de 1905

 

Nous n’accorderons des subventions qu’aux associations au caractère laïque et non discriminatoire