Lier le combat laïque au combat social

Appel  Lier le combat laïque au combat social, fédérer le peuple

Genie de la bastille 105x74

 

Comité de Réflexion et d’Action Laïque de Seine-Maritime – CREAL76  

Adresse aux signataires de l’Appel  Lier le combat laïque au combat social, fédérer le peuple 

Soucieux de respecter la vie démocratique de l’association, le CREAL76 avait débattu de cet  Appel  lors de son CA du 4 décembre 2017 et avait engagé son président à le signer ès-qualités. Porté à la connaissance de ses 158 adhérent-e-s le texte a été longuement discuté lors de l’AG annuelle du 20 janvier 2018. Après avoir émis des réserves sur certaines formulations, avoir déploré encore une fois l’éparpillement des laïques, mais voulant participer activement à leur rassemblement conformément aux statuts de l’association, l’AG du CREAL76 a validé la démarche en invitant ses adhérent-e-s et sympathisants à signer l’Appel et à participer à la rencontre nationale du 10 février 2018.

Cinq adhérent-e-s ont participé à cette rencontre qui, selon la Lettre d’information N° 5 du 7 février, devait se dérouler en trois parties.

La première partie - Bilan de la campagne de signatures de l’appel - n’a pas eu lieu.

La deuxième partie - Interventions des signataires - constituée de témoignages, professions de foi ou vidéos de signataires a « occupé » une grande part de l’après-midi. Le CREAL76 y a présenté sa démarche et ses propositions, à savoir :

  • prendre en compte la question des fonds publics versés à l’enseignement privé confessionnel, mais aussi patronal notamment à travers l’apprentissage, les CFA - bientôt complètement sous la coupe du MEDEF -  fait partie du combat laïque comme du combat social
  •  construire une structure nationale pérenne de défense et de promotion de la laïcité liant combat laïque et combat social, ciment d’une unité par-delà des diversités politiques, syndicales, associatives et coopérant avec les structures locales
  • préférer une association avec adhésions de personnes et d’organisations sur le principe « une adhésion (individuelle ou organisationnelle) = une voix ».
  • œuvrer à cette construction par étapes, prenant le temps nécessaire pour nouer tous les contacts, débattre, échanger, choisir une date à forte portée symbolique pour officialiser la structure (était proposé le 9 décembre 2018), définir des étapes intermédiaires
  •  assurer la totale indépendance financière de l’association
  • mettre en place dans l’immédiat un collectif provisoire

La troisième partie - Perspectives et propositions d’actions - ne s’est tout simplement pas tenue, puisque réduite à la seule intervention d’une des initiatrices de l’appel ! Mais pas par manque de temps, puisque la rencontre s’est terminée avec ¾ d’heure d’avance sur l’horaire prévu !

Non seulement le débat n’eut pas lieu, mais la dernière oratrice annonça la création déjà actée d’une association dénommée « Combat laïque Combat social » (dont ni les administrateurs, ni les buts, ni les statuts ne seront communiqués) et évoqua la mise en place pour début avril 2018 d’un site Internet. Elle déroula enfin une liste de conférences d’éducation populaire dont on trouvait déjà les intitulés sur une plaquette disponible en début de rencontre.

En conclusion, les représentants du CREAL76 ont été surpris d’être les seuls à avancer des propositions dont ils pensaient qu’elles seraient soumises au débat dans une dynamique de construction collective. Il n’est pas ici reproché à des militant-e-s (qui ? quelle équipe ?) d’avoir réfléchi à des propositions d’actions. Mais le CREAL76 regrette qu’il n’y eut, en amont ni travail de réflexion, ni véritables échanges, et lors de la rencontre aucun débat sur la structuration et les perspectives propres à rassembler les laïques sur le plan national.

Le CREAL76 déplore ce scénario. Ce dernier tourne le dos à une construction commune qui, réalisée dans une démarche d’ouverture, de transparence et de démocratie (autre nom de la laïcité selon Jaurès), serait l’indispensable outil unitaire qui manque actuellement cruellement à la laïcité.

Cependant le CREAL76, dont l’ambition demeure, veut croire que les signataires se saisiront de ses propositions, en avanceront d’autres pour une construction collective  solide.

Le CA du CREAL 76 réuni le 12 février 2018