Billet

du 26 avril 2021 par Jean-Michel SAHUT.

Brève de confessionnal

L’archevêque de Strasbourg, Luc Ravel, évoque pour La Croix une enquête IFOP-Grand Orient de France indiquant que 52 % des Alsaciens-Mosellans approuveraient l’abrogation du concordat.

Il considère que : « Le concordat n’est pas un manquement à la laïcité mais un autre régime de laïcité, ce qui est très différent. » On allait le dire !

Pour lui « Le paiement par l’État des ministres du culte sous le régime concordataire n’est qu’une compensation, dans la mesure où l’Église catholique avait définitivement renoncé à demander à l’État les biens qui lui avaient été confisqués pendant la Révolution. C’était donnant-donnant. » Ou à qui perd gagne !

D’ailleurs « …l’État finance le culte partout en France, et à hauteur de centaines de millions d’euros ! À travers la restauration du patrimoine religieux, par exemple, ou encore l’exonération fiscale pour les dons faits aux associations diocésaines. »

Voilà une sorte de reconnaissance de dette.