Nos adhérents publient

Bernard CHARON

Le russe blanc de yainville 300x201"Russe blanc" ayant quitté son pays dans les années 20, Jean Iliine est arrivé à Yainville en 1933, après une longue odyssée, pour y travailler dans une savonnerie. Pendant l'Occupation, il a été amené à travailler de son plein gré comme camionneur pour une organisation paramilitaire nazie. C'est ce qui l'a conduit devant les juges en 1945, dans le cadre de l'épuration légale. En relatant son procès et en le contextualisant, B. Charon éclaire pour jeunes générations deux éléments de notre histoire : celui du travail pour l'Occupant – volontaire ou forcé – et celui de l'épuration. C'est ainsi qu'il participe au "devoir de mémoire" si souvent invoqué de nos jours.

En savoir plus

Roger EVANO

La democratie face au defi islamiste 300x184L'islamisme crée un climat de peur dans le pays, le déstabilise, s'attaque aux principes de la démocratie. Les attentats de janvier et novembre 2015 font partie de cette stratégie. Moins spectaculaires, mais pas les moins dangereuses, sont les attaques contre les libertés de conscience, la laïcité, l'égalité des hommes et des femmes, fondements de la vie commune. Face à cet habillage religieux d'un projet totalitaire, nous devons rendre à la politique tout son espace, en refusant d'assimiler les fanatiques à des opprimés, et les opprimés à des fanatiques. Gagner cette guerre des idées c'est éviter la guerre par les armes dans laquelle on voudrait nous entraîner.

En savoir plus

François Joseph PESQUET

Fragments de vie300x218La lenteur du temps qui passe est angoissante mais souhaiter que les jours s’écoulent plus rapidement n’est-ce pas une façon de refuser de vivre ? Comme dit Camus dans Le Mythe de Sisyphe : « Ces inconséquences sont admirables, car enfin il s’agit de mourir ! ». Je me sens de plus en plus étranger au monde civil. Pendant que les gens que tu connais vivent, côtoient d’autres personnes, leur monde évolue et tu existes beaucoup moins pour eux. Dans leur esprit, je suis un objet du passé brandi toutes les trois semaines comme un rituel. Dans cette chronique de vie militaire, l’auteur nous emmène du Havre aux divers endroits de casernements, de bivouacs pour revenir plusieurs fois au Havre en permission notamment. Laissez-vous conduire en lisant cette œuvre, vous ne le regretterez pas.

En savoir plus